J’ai donné la vie dans un camp de la mort ~ Madeleine Aylmer-Roubenne

Résumé :

« J’avais autre chose à dire que la vie des camps. Elle est connue de tous ceux qui ont bien voulu la connaître …Je voulais témoigner d’autre chose, non de la mort mais de la vie. Je voulais témoigner de mon triomphe par la naissance d’une enfant, et de sa survie … »

Tout juste mariée en ce printemps de 44, Madeleine est déportée. Destination Ravensbrück. Être enceinte n’offre aucun avantage dans ce camp. Bien au contraire.
Mais Madeleine fera tout pour garder en vie l’enfant qu’elle porte, aidée par ses compagnes, toutes solidaires. En donnant la vie, elle-même naît une deuxième fois, surmontant horreur et violence.
C’est ce parcours qu’elle nous décrit, sa transformation profonde au sein d’un monde inhumain …


Mon avis :

Un livre sur la Seconde guerre comme je les aime, un témoignage différent des autres puisque c’est le premier que je lis racontant la vie dans un camp de femmes. De plus, elle nous raconte comment elle est parvenue à mener sa grossesse à terme et à garde son bébé en vie : preuves et témoignages d’ingéniosité et de solidarité malgré les privations et les humiliations.
Et puis, pour la première fois j’ai découvert la réinsertion des déportés qui reviennent des camps avec leurs souvenirs, leur parcours. On découvre que leur retour n’était pas forcément prévu et que contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne s’est pas toujours fait facilement et dans la joie.
Pour terminer, j’ai beaucoup aimé le fait qu’à la fin du livre, la fille née à Ravensbrück raconte comme elle a vécu la découverte de ses origines car on n’y pense pas directement au premier abord !
En bref, un livre super intéressant et touchant qui nous en apprend un peu plus sur cette période de notre Histoire.

 

____ — ____ — °o° — ____ — ____
¯¯¯ — ¯¯¯ — °o° — ¯¯¯ — ¯¯¯

 

J’avais autre chose à dire que la vie des camps. Elle est connue de tous ceux qui ont bien voulu la connaitre, les ouvrages ne manquent pas. Sur ce sujet, n’est ignorant que celui qui veut l’être. Je voulais témoigner d’autre chose ; non de la mort mais de la vie. Je voulais témoigner de mon triomphe par la naissance d’une enfant, et de sa survie.

Extrait pages 218 & 219

 

(¯`°v°´¯)
(_.^._)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :