Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ~ Harper Lee

Résumé :

Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort.

Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au coeur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès et reçut le prix Pulitzer en 1961. Il ne suffit pas en revanche à comprendre pourquoi ce roman est devenu un livre-culte aux Etats-Unis et dans bien d’autres pays, pourquoi, lors d’une enquête réalisée aux Etats-Unis en 1991, sur les livres qui ont changé la vie de leurs lecteurs, il arrivait en seconde position, juste après la Bible.

La vérité est que, tout en situant son histoire en Alabama à une époque bien précise, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et au mal. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cet ouvrage tient du conte, de la court story et du roman initiatique. « Il a la légèreté et le poids que recherche le véritable amateur de roman et cette vertu si rare de pouvoir être lu à tout âge, quelle que soit l’éducation qu’on ait reçue, de quelque pays que l’on vienne, à quelque sexe que l’on appartienne. On y trouvera nécessairement un univers communiquant avec le sien par le miracle de l’écriture et de l’enfance « , écrit Isabelle Hausser dans la postface qu’elle a rédigée pour ce livre.

Mon avis :

Voici un chouette livre, incontournable et à l’histoire un peu mystérieuse (histoire du roman en lui-même et non l’histoire qu’il raconte).

L’histoire nous est racontée à travers les yeux de Scout, ce qui lui donne une dimension assez particulière : on sent les prémisses du procès mais on est au cœur de celui-ci uniquement quand elle y assiste avec son frère. Comme toute jeune fille de son âge, elle a ses préoccupations, bien loin de celles des adultes et surtout elle a du mal à comprendre les réactions de ceux-ci, ce qui donne au roman un peu de légèreté et de naïveté que seul les enfants peuvent apporter !

On est en plein dans l’histoire du racisme et de la ségrégation des Noirs en Amérique au début du XXe siècle et les yeux de Scout, nous montre bien à quel point c’est futile mais heureusement Atticus Finch, son père, est là pour « justifier » ou en tout cas aider à comprendre les réactions racistes.

J’ai beaucoup apprécié la postface qui permet de voir le roman autrement, d’éclaircir certains points de celui-ci ou d’amener le lecteurs à une réflexion plus particulière sur certains détails de l’histoire.

Dommage que ce soit le seul livre écrit par cet auteur car j’ai beaucoup aimé le fait que le narrateur soit une petite fille, pleine d’humour et de répondant !

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Publicités

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. Eloo
    Nov 15, 2011 @ 11:43:11

    Je n’ai jamais lu ce roman, mais ta chronique titille ma curiosité. C’est un classique qu’il faudrait que je rajoute sur ma liste 😉

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :