Cheval de guerre ~ Michael Morpurgo

Résumé :

Une très belle histoire d’amitié, de sagesse et d’humanité.

Joey le cheval de ferme, devenu cheval de guerre, en 1914, nous raconte son histoire, avec simplicité. Témoin de la Grande Guerre, il va vivre l’horreur des combats auprès des Britanniques, des Allemands, ou du côté des Français. Pour lui, les soldats, les paysans, les officiers, les vétérinaires ne sont pas des ennemis, mais des hommes, chez qui il rencontre la bonté comme la méchanceté. Joey partage leurs souffrances et leurs peurs, et sait leur redonner de l’espoir.

Mon avis :

Cela faisait longtemps que je souhaitais le lire, d’abord parce que je suis une passionnée de chevaux, ensuite parce que j’aime bien lire des romans jeunesse, ça me donne le sentiment de garder un peu de cette innocence, insouciance, et la capacité de m’émerveiller avec pas grand chose et enfin, j’étais curieuse de découvrir cette histoire, avant de voir le film (oui, je préfère voir le film en connaissant le dénouement, plutôt que l’inverse, question de goût …).

C’est donc avec un grand plaisir que j’ai dévoré ce petit roman jeunesse, d’un auteur reconnu en la matière désormais. Un premier contact avec Morpurgo pour ma part, mais j’avoue ne pas avoir été déçue par sa réputation.

J’ai trouvé que le thème du cheval est très bien abordé, malgré le point de vue du cheval qui raconte son histoire, on échappe au côté niais. Il a bien su se mettre dans la peau de ce cheval qui découvre l’horreur de la guerre. Celle-ci est également abordée avec justesse : juste ce qu’il faut d’horreur sans tomber dans le dramatique, ou l’effusion de sang ou de membres arrachés, un tact plus que bienvenu lorsque l’on s’adresse à de jeunes lecteurs, sans oublier cette touche d’humanité qu’apporte l’animal dans ses conflits aberrants, aberrance également mise en évidence, même si elle ne sera peut-être pas comprise par les plus jeunes, l’auteur a le mérite de soulever la question subtilement.

Et puis, il s’agit là d’une belle amitié, enfin de belles amitiés devrais-je dire, qui sont assez réalistes et que je peux très bien comprendre en tant que cavalière (l’attachement parfois irrationnel que l’on peut vouer à un cheval, jusqu’à le rendre inoubliable, la joie de le retrouver alors que nos chemins se sont séparés …). Le tout agrémenté de très belles illustrations qui ont un aspect d’aquarelle mais qui va à merveille avec le récit.

Bref, pour toutes ces raisons, c’est un roman coup de coeur !

____ — ____ — °o° — ____ — ____
¯¯¯ — ¯¯¯ — °o° — ¯¯¯ — ¯¯¯

Faites excuse, mon commandant, mais j’me souviens  qu’vous nous avez dit, quand on est arrivés ici, que la vie d’un cheval, c’est p’t’être encore plus important que celle d’un homme, parc’qu’un cheval, il a rien de mauvais en lui, à part c’que les hommes y mettent. J’me rappelle que vous avez dit que notre boulot, dans le service vétérinaire, c’est de travailler nuit et jour, vingt-six heures par jour, s’il le faut, pour secourir et sauver tous les chevaux qu’on peut, qu’un cheval, il a de la valeur par lui-même et qu’il a d’la valeur pour l’effort de guerre. Pas de chevaux, pas de canons. Pas de chevaux, pas de munitions. Pas de chevaux, pas de cavalerie. Pas de chevaux, pas d’ambulances. Pas de chevaux, pas d’eau pour les troupes qui sont au front. C’est la corde de sécurité de toute l’armée, vous avez dit, mon commandant. Il ne faut jamais baisser les bras, vous avez dit, parc’que là où il y a de la vie, il a de l’espoir. C’est tout ça que vous nous avez dit, mon commandant. Faites excuse, mon commandant.

Extrait page 169

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :