Le voleur d’ombres ~ Marc Lévy

Résumé :

Et si l’enfant que vous étiez rencontrait l’adulte que vous êtes devenu…

« – Maintenant, assieds-toi, il faut que l’on parle, a dit l’ombre.
Je me suis assis en tailleur sur le sol.
– Tu as un pouvoir très rare, il faut que tu acceptes de t’en servir, même s’il te fait peur.
– Pour quoi faire ?
– Trouve pour ceux dont tu dérobes l’ombre cette petite lumière qui éclairera leur vie, un morceau de leur mémoire cachée, c’est tout ce que nous te demandons.
– Nous ?
– Nous, les ombres, souffla celle à qui je m’adressais.
J’ai souri, je comprenais très bien de quoi elle parlait. »

Mon avis :

Aaah quel bonheur de retrouver la magie à laquelle Marc Lévy nous a habitué et que je n’ai pas ressenti avec Le premier jour et La première nuit.

Il s’attaque cette fois au domaine de l’enfance, aux déboires que l’on peut avoir dans la cour de récré, aux premières déceptions amoureuses, aux espoirs d’un futur rêvé et d’un métier qui nous rendra heureux.

Marc Lévy, nous amène à nous interroger nous-mêmes, sur tout ce que l’on aurait souhaité être, ou tout ce qu’on aurait souhaité ne pas être surtout, en devenant adulte, à faire une petite remise au point sur le chemin parcouru, à ce que l’on a et surtout, l’essentiel : ce qui compte réellement pour parvenir au bonheur.

Je me suis laissée emporter rapidement et avec délice par cet enfant qui nous raconte son parcours et qui découvre son étrange pouvoir. Il s’en sert, parfois malgré lui, mais toujours pour rendre les autres heureux.

Un livre très agréable à lire, plein de magie et de poésie, de tendresse aussi. Un seul petit bémol, une fin un peu trop abrupte à mon goût, un petit manque de quelque chose d’indéfinissable mais qui me laisse un rien sur ma faim.

____ — ____ — °o° — ____ — ____
¯¯¯ — ¯¯¯ — °o° — ¯¯¯ — ¯¯

Mon père disait qu’il ne faut jamais comparer les gens, chaque personne est différente l’important est de trouver la différence qui vous convient le mieux. Cléa était ma différence.

Extrait page 57

Voilà comment la vie peut chavirer, un mois d’août. Il suffit de rencontrer une Cléa pour que plus aucun matin ne soit le même, pour que plus rien ne soit comme avant, pour que la solitude s’efface.

Extrait page 61

Une fille qui a réussit à vous écrire « Tu m’as manqué » avec un cerf-volant, on ne peut jamais l’oublier.

Extrait page 65

Il est des petites choses que l’on laisse derrière soi, des moments de vie ancrés dans la poussière du temps. On peut tenter de les ignore, mais ces petits riens mis bout à bout forment une chaîne qui vous raccroche au passé.

Extrait page 133 & 134

J’espère un jour gagner ma parcelle d’éternité dans le cœur d’un enfant qu’à mon tour j’aurai élevé.

Extrait page 162

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :