Salicande ~ Pauline Alphen

♦ Les éveilleurs, tome 1 ♦

Résumé :

Claris a 12 ans et vit avec son père, Eben, et son frère jumeau, Jad, dans une vallée reculée et protégée par des montagnes d’accès difficile. Malgré la disparition précoce de leur mère et la mélancolie de leur père, malgré le handicap de son jumeau, Claris est une jeune fille enjouée, téméraire, qui rêve d’aventures. Des aventures comme celles qu’elle lit dans les livres de la tour interdite où s’est réfugié son père depuis la disparition de sa femme, des aventures comme celle que lui lisait sa mère, des aventures comme celles que son jumeau, handicapé, ne peut pas vivre. Mais Claris est persuadée que les aventures n’arrivent jamais aux filles. L’avenir va lui montrer qu’elle ne peut pas se tromper davantage…

Mon avis :

Wouaaaah, je commençais à saturer niveau littérature jeunesse mais là, avec ce roman, c’est une vraie bouffée d’air frais, rien de comparable avec la littérature jeunesse connue.

L’auteur nous invite à voyager à dos de sizyfs, à boire une bonne tasse de chococaf, emmitouflé dans de la dulcepiel, … bref, elle invente un monde merveilleux et fantastique, dans un futur pas si lointain de notre époque mais dont le passé n’est pas très glorieux. À travers cette histoire, c’est une remise en question de notre société contemporaine, une réflexion sur notre attitude vis-à-vis de la planète, bien cachée certes mais vaguement présente tout de même. Le récit est un peu lent mais malgré tout on se laisse emporter dans ce monde étrange, on a envie de comprendre, et au fonds on sent bien qu’il s’agit d’un premier tome qui sert à mettre en place tout un univers et une histoire bien plus complexe qu’il n’y parait. Vers la fin, les évènements commencent à s’emballer, à s’enchaîner sans pour autant éclairer le lecteur.

Le style est aussi très particuliers mais surtout très savoureux, plus recherché d’une certaine façon que dans bon nombres de romans du même genre, et ce n’est pas pour gâcher notre plaisir.

Et puis, il y a une notion qui me plait beaucoup, celle des Nomades de l’Écriture, même si on ne fait que l’effleurée dans ce premier volume et donc on n’en connaît pas encore toutes les nuances.

J’ai rarement eu aussi hâte de lire la suite d’un livre, mais il va me falloir patienter un peu et surtout acheter les deux tomes suivants !

Je tiens à remercier Livraddict et les Éditions Hachette pour cette magnifique découverte !

____ — ____ — °o° — ____ — ____
¯¯¯ — ¯¯¯ — °o° — ¯¯¯ — ¯¯

Eh bien, selon ma façon de… hum… voir les choses, je suis tout d’abord un homme. Je suis également un mari, un père, un frère. Et puis, je suis grand, beau, formidablement intelligent. Cela te fait rire ? Donc, je suis aussi parfois drôle. Voyons, quoi d’autre… Ma femme dirait que je suis mauvais joueur, ronfleur… J’en passe et des meilleurs. Parce que je suis aussi un rimeur ! Vois-tu, être aveugle me caractérise mais ne me résume pas.

Extrait page 119

Je ne suis pas « avant tout » une mère. Il n’y a pas de « avant tout ». Il y a « tout ». Une femme, une mère, une fille, une sœur, une maîtresse, une cuisinière, une intendante,… Tout à la fois. La difficulté se situe exactement-là, car personne ne peut tout faire bien tout le temps. C’est un équilibre impossible…

Extrait pages 166 & 167

Eh bien, tu te trompes, je ne le peux pas. Longue-Vue peut me désarçonner quand il veut. Je pourrais me maintenir quelques temps sur son dos, mais il finirait par y arriver. Dominer, dans ce cas précis, signifierait soumettre, asservir, casser. Or, je ne désire pas un esclave mais un cheval. Non, le dominer ne représente aucun intérêt.

Extrait page 201

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Publicités

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Sev
    Août 11, 2012 @ 13:48:11

    Ha enfin quelqu’un qui me comprend ! (mon frère a détesté, il ne sait pas ce qui est bon) C’est marrant parce que tu as cité exactement la même citation de Chandra que moi ^^

    Réponse

  2. Sev
    Août 11, 2012 @ 13:49:52

    J’ajouterais que la couverture est sublime. Simple mais sublime.

    Réponse

  3. Rétrolien: Les Eveilleurs, livre 1 : Salicande – Pauline Alphen | Le Boudoir de la Damoiselle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :