Chanson des mal-aimants ~ Sylvie Germain

Chanson des mal-aimantsRésumé :

Être mise au monde et être abandonnée aussitôt : tel est le sort de la narratrice du dernier roman de Sylvie Germain. Mais, plutôt que narratrice, il faudrait dire héroïne tant la petite fille albinos qui deviendra jeune fille puis femme incarne le destin de tous les mal-aimés, de tous ceux qui portent la différence sur le bout de leur nez. Chanson des mal-aimants est un livre pudique qui en dit long sur le malheur. Celui des enfants juifs qui attendent le retour improbable de leurs parents. Celui des couples qui ne s’aiment plus et qui se tuent. Celui des ventres qui ne peuvent porter à terme leurs enfants. Celui des êtres qui sont violés, torturés. Celui des délogés, des clochards, des cancéreux… C’est une fresque terrible de notre siècle que Sylvie Germain dessine : à travers la déambulation de la narratrice, se dresse devant nous un panel d’événements qui n’est pourtant que le condensé de tous les malheurs que notre époque supporte.

Mon avis :

Deuxième chanson avec ce titre qui, malheureusement, ne pas plus emballée que celui d’Erik Orsenna …

Décidément, ce moment, je n’ai pas beaucoup de belles découvertes littéraires, ce qui me chagrine un peu.

L’auteur nous embarque dans un monde peu joyeux, voire même plutôt triste (ce qui s’accorde bien avec la météo du moment, mais ne remonte pas le moral ;)). La narratrice est abandonnée dès la naissance et par la suite passera de maison en maison avec à chaque fois une fin assez tragique pour ses hôtes … ajoutez à cela de nombreuses digressions qui partent un peu dans tous les sens voire même dans l’imaginaire et l’onirisme et vous vous retrouvez assez vite à perdre le fil de l’histoire et à ne plus trop savoir où on en est. Sans compter que notre héroïne change de nom presque à chaque nouveau foyer ou nouvel emploi … Quant à la trame de l’histoire, elle est plutôt simple et presque tristement banale ». Si l’auteur a voulu nous apitoyer sur le sort de son héroïne c’est réussi, et pourtant elle ne baisse pas les bras et se contente de sa modeste vie, s’en est presque, (je dis bien presque) admirable.

Un mot, des titres

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :