Changer l’eau des fleurs ~ Valérie Perrin

Résumé :

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.
Après l’émotion et le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin nous fait partager l’histoire intense d’une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l’ordinaire exceptionnel, Valérie Perrin crée autour de cette fée du quotidien un monde plein de poésie et d’humanité.

Mon avis :

Un peu sonnée par cette lecture, tellement c’est dense, touchant, émouvant, percutant. Je ne m’attendais pas vraiment à ce genre de choses, je ne suis pas déçue, surprise plutôt !

On y suit les vies entrecroisées de nombreux personnages, blessés par la vie, tous un peu à leur façon tentent de (sur)vivre, les destins se croisent, s’entremêlent. On fait de nombreux aller-retours entre présent et passé, entre les parcours des différents personnages, on peut parfois un peu s’y perdre mais ça reste assez fluide globalement ! L’histoire se reconstitue peu à peu au fil des pages, lentement mais sans que l’on s’ennuie ou que cela paraisse long, comme un lent chemin de guérison.

C’est le genre de lecture qui a besoin de se laisser digérer pour s’apprécier davantage. Une belle leçon de vie qui se reconstruit après le drame, avec ces rechutes et détours, 3 pas en avant et 2 en arrière, les souvenirs ravivés par des petits riens. Des personnages profondéments humains.

Une lecture troublante !

___ — ____ — °o° — ____ — ____
¯¯¯ — ¯¯¯ — °o° — ¯¯¯ — ¯¯

« Pourquoi va-t-ton vers des livres comme on va vers des gens ? Pourquoi sommes-nous attirés par des couvertures comme nous le sommes par un regard, une voix qui nous paraît familière, déjà entendue, une voix qui nous détourne de notre chemin, nous fait lever les yeux, attire notre attention et va peut-être changer le cours de notre existence ? »

page 90

« Dans le roman de la veille, elle avait lu qu’un fil invisible relie ceux qui sont destinés à se rencontrer, que ce fil peut s’emmêler, mais jamais se briser. »

Extrit page 160

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :