Le pirate et le gardien de phare ~ Simon Gauthier

le-pirate-et-le-gardien-de-phareRésumé :

« Cette nuit-là, un bateau aux sombres voiles accosta sur l’île. Dans l’escalier en colimaçon du phare résonnèrent une botte de cuir et une jambe de bois. Tout en haut, Grand Jacques n’entendait rien. Il chantait toutes les mélodies qui lui passaient par la tête, heureux de voir danser l’éclat de son travail. Quand, derrière lui, la porte s’ouvre toute grande… »

Jaloux du bonheur du gardien de phare, le célèbre Barbe-Rousse à l’œil crevé vient pour le piéger : Grand Jacques doit trouver la solution à trois énigmes, ou alors le plus cruel de tous les pirates le rétrécira d’une tête. Trois énigmes impossibles à résoudre…

Un récit tumultueux comme les vagues de la mer, servi par de splendides illustrations.

Mon avis :

Le grand format ne fait que mettre davantage en valeur les superbes illustrations, aux couleurs tantôt chaudes, tantôt froides, en parfaite symbiose avec l’ambiance voulue.

Quant au texte, il est sans doute un peu trop recherché pour les plus jeunes, sans que cela n’empêche la compréhension du récit et puis il y a de jolis jeux de sons et de rimes !

De plus il offre une jolie morale sur le thème du bonheur ! À savourer !

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

De l’eau pour les éléphants ~ Sara Gruen

Résumé :

Durant la Grande Dépression, dans les années 1930, les trains des petits cirques ambulants sillonnent les États-Unis. Jacob Jankowski, orphelin sans le sou, saute à bord de celui des frères Benzini et de leur  » plus grand spectacle du monde « . Embauché comme soigneur, il va découvrir l’envers sordide du décor. Tous, hommes et bêtes, sont pareillement exploités, maltraités.

Mon avis :

J’avais déjà lu 2 autres ouvrages de cette auteure, j’avais apprécié mais sans plus, voire même un peu déçue par la comparaison avec « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » alors qu’ils n’ont rien de comparable selon moi.

Mais cette fois-ci, c’est bien différent !

En effet, Sara Gruen nous emmène dans l’univers du cirque mais on est bien loin de la magie et de la féerie qu’on y associe, ici c’est une vie dure et cruelle tant pour les hommes que pour les animaux qui font vivre le cirque. On partage la vie de ces nomades du spectacle, au début du 20ème siècle, elle nous montre le quotidien de cette « grande famille » hors du commun. Je ne connais pas assez le sujet pour pouvoir faire la distinction entre vérité et fiction mais le récit semble assez réaliste. Les personnages, hommes et animaux, sont très attachants.

Une fois commencé, on est très vite pris dans l’histoire et difficile de refermer le livre sans connaître la fin. Ce n’est pas LE coup de cœur, mais une très très bonne lecture !

____ — ____ — °o° — ____ — ____
¯¯¯ — ¯¯¯ — °o° — ¯¯¯ — ¯¯¯

Oh, les beaux jours ! Les nuits blanches, les bébés braillards,les jours où la maison semblait dévastée par un ouragan ; les fois où j’avais cinq gosses, un chimpanzé, et une femme grippée au lit. Même quand le quatrième verre de lait était renversé dans la même nuit, qu’un cri me transperçait les tympans, ou que j’allais chercher un fils – voire, moment mémorable, Bobo – pour une peccadille au commissariat, je n’ai jamais rien regretté.

Extrait page 460

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Ne t’inquiète pas pour moi ~ Alice Kuipers

Résumé :

Maman, je suis allée au supermarché. Regarde dans le frigo. J’ai arrosé les plantes. J’ai nettoyé la cage de Jeannot Lapin. J’ai rangé le salon. Et la cuisine. Et j’ai fait la vaisselle aussi. Je vais me coucher. Ton esclave à domicile, Claire.

Une correspondance par Post-it sur le frigo entre une mère et sa fille. Lorsque la mère tombe malade, le temps presse mais l’espoir demeure. Un livre comme un trésor qui chuchote à l’oreille l’importance de ceux qu’on aime…

 

Mon avis :

Mhm, que dire de ce petite roman qui se dévore. L’idée de départ est assez originale, pas de narrateur mais seulement des post-it collés sur un frigo pour nous faire deviner et comprendre ce qui se passe dans la vie de cette mère malade et de sa fille. Les éléments ne sont pas toujours facile à décoder car il y a des évènements réels qui sont mentionnés mais sans précision, comme des discutions, mais on n’en sait pas plus. Cela m’a un peu déstabiliser. Un autre point déroutant est le fait que parfois on enchaîne plusieurs mots laissés par l’une ou l’autre.

Les deux dernières lettres que la jeune fille écrit à sa mère sont particulièrement touchante, probablement aussi parce que ce sont dans ces dernières lettres qu’il y a plus d’émotions, en même temps c’est logique : on ne raconte pas tout ce qu’on a sur le coeur sur un post-it ;o)

Je suis un peu partagée justement par ce « manque » d’émotions mais j’ai appréciée l’idée originale.

 

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Kamouraska ~ Anne Hébert

Résumé :

Au milieu du XIXe siècle, dans la ville de Québec, Élisabeth se souvient de sa propre histoire. Une histoire de fureur et de neige, une histoire d’amour éperdu.
Dans ce livre passionné, violent, romantique, Anne Hébert s’impose comme l’une des romancières les plus importantes de notre époque.

 

Mon avis :

Encore un livre pour mes études et encore un style d’écriture assez particulier mais cette fois l’histoire est un peu plus compréhensible. Une histoire d’amour entre amants mais plutôt vu du côté noir et du crime. Le récit n’est pas du tout linéaire et ça prête parfois (souvent même) à confusion. Un style à découvrir, j’en ai apprécié la lecture mais sans plus …

 

(¯`°v°´¯)
(_.^._)