Une nuit à la bibliothèque ~ Chiaki Okada & Kazuhito Kazeki

une-nuit-a-la-bibliothequeRésumé :

Dormir à la bibliothèque, ça n’arrive pas tous les jours et ça réserve bien des surprises !

Mon avis :

Un petit album qui m’attirait par son titre et par ses illustrations tout en douceur.

Malheureusement, même si l’histoire reste mignonne, le récit n’a rien d’exceptionnel, les images sont jolies mais il manque un petit quelque chose pour que l’on retienne ce livre … Dommage.

Si vous le trouvez en bibliothèque, prenez-le car il est tout mignon pour les tout-petits mais ne perdez pas votre temps à le chercher à tout prix.

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Publicités

Les délices de Tokyo ~ Durian Sukegawa

les-delices-de-tokyoRésumé :

Pour payer ses dettes, Sentarô vend des gâteaux. Il accepte d’embaucher Tokue experte dans la fabrication de an, galette à base de haricots rouges. Mais la rumeur selon laquelle la vieille femme aurait eu la lèpre étant jeune, met la boutique en péril. Sentarô devra agir pour sauver son commerce.

Mon avis :

J’ai beaucoup entendu parlé de ce livre qui a été adapté au cinéma et primé en plus au Festival de Cannes, sans parler du fait que je vais découvrir la culture japonaise en vrai.

Du coup, tous les ingrédients étaient réunis pour me plonger dans ce roman. Ce que j’ai fait avec grand plaisir, l’écriture est très agréable, très poétique. On part à la rencontre de Sentaro et Tokue qui vont apprendre à se connaître et s’apprivoiser. Le changement des personnages est très subtil mais rend très, très bien leur évolution. Et en prime, on découvre l’une des spécialités culinaires peu connue chez nous : les dorayaki, deux sortes de pancakes fourrés à la pâte de haricots. Tokue nous initie également à la préparation de cette pâte, le an, qui ne s’improvise pas.

Bref, un délice pour les lecteurs et pour les gourmands (et si vous avez l’occasion de goûter un dorayaki, malgré une association surprenante pour les Occidentaux que nous sommes, essayer, ça vaut la peine et c’est délicieux !)

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Hotaru ~ Aki Shimazaki

♦ Le poids des secrets, tome 5 ♦

HotaruRésumé :

À la saison des lucioles (hotaru), lorsqu’elle rend visite à sa grand-mère Mariko Takahashi, Tsubaki est loin de se douter que celle-ci lui confiera bientôt le secret qui ronge sa vie depuis cinquante ans, incapable qu’elle fut de le révéler à son mari. Etudiante en archéologie, Tsubaki apprend à travers cette confession les lois cruelles de la vie : l’innocence et la naïveté des jeunes filles sont souvent abusées par les hommes de pouvoir et d’expérience, et leur destinée s’en trouve à jamais bouleversée.

 

Mon avis :

La boucle est bouclée avec Mariko Kanazawa, la mère de Yukio qui nous raconte à son tour sa version de l’histoire.

Les ingrédients du début sont toujours réunis : poésie, secrets familiaux, histoire et traditions familiales et toujours cette ambiance au coeur des villes japonaises, avec celle de Kamakura qui prédomine un peu dans ce dernier tome.

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Wasurenagusa ~ Aki Shimazaki

♦ Le poids des secrets, tome 4 ♦

WasurenagusaRésumé :

Je réfléchis à l’histoire de mes parents, que le bonze m’a racontée. Au début, j’ai été choqué, mais, à mesure que j’y pense, j’ai le sentiment qu’ils étaient simplement les victimes d’une tradition familiale. Pour mon père, ce fut une humiliation de se savoir stérile. Et pour ma mère, ce fut une catastrophe de ne pas pouvoir tomber enceinte et d’être jugée stérile à la place de mon père.

Mon avis :

Cette fois, on découvre l’histoire racontée par le père de Yukio.

On en apprend un peu plus sur ses origines, l »histoire de sa famille et comment il a épousé Mariko. Il a lui aussi sa part de secrets.

On reste tout autant imprégné par la culture japonaise et ces traditions.

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Tsubame ~ Aki Shimazaki

♦ Le poids des secrets, tome 3 ♦

Résumé :

Lors du tremblement de terre de 1923, qui a dévasté la région du Kanto et entraîné plus de cent quarante mille morts, la Coréenne Yonhi Kim devient, question de survie, la Japonaise Mariko Kanazawa. A la fin de sa vie, alors qu’elle est veuve, mère d’un chimiste et grand-mère de trois petits-enfants, le mystère de sa naissance lui est dévoilé : le prêtre catholique qui l’avait recueillie dans son église lors du tremblement de terre, surnommé monsieur Tsubame, était-il l’instrument du destin qui a permis à cette hirondelle de s’élancer hors du nid ?

 

Mon avis :

On remonte le temps jusqu’en 1923, toujours entrecoupé de passage du temps présent avec la maman de Yukio qui vit désormais chez lui.

Elle nous raconte sa jeunesse mais surtout sa survie au tremblement de terre du Kanto et on a encore une fois le lien avec l’Histoire et l’oppression des Coréens par les Japonais.

On a un aperçu de cette double nationalité avec ce que cela implique : la honte, la ségrégation, … Et une fois encore, des mystères familiaux sont résolus pour en créer d’autres, sans que cela semble improbable, après tout, toutes les familles ont des non-dits ou secrets révélés tardivement.

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Hamaguri ~ Aki Shimazaki

♦ Le poids des secrets, tome 2 ♦

HamaguriRésumé :

Deux petits enfants de Tokyo, Yukio et Yukiko, scellent un pacte de fidélité en inscrivant leurs noms à l’intérieur d’une palourde, comme un serment d’amour éternel. Devenus adolescents, ils se retrouvent à Nagasaki sans se reconnaître ; les sentiments qui les habitent désormais, qui les troublent profondément, leur seraient-ils interdits ? Aux dernières heures de sa vie, la mère de Yukio cherchera à ouvrir les yeux de son fils en lui remettant ce coquillage sorti du tiroir de l’oubli.

Mon avis :

Déjà la suite de la série « Le poids des secrets » mais elle se laisse dévorer sans souci, et les romans sont assez courts puisqu’ils ne comptent qu’une petite centaine de pages.

On découvre ici l’enfance de Yukio et Yukiko et en même temps que certains coins du voile se lèvent, d’autres apparaissent.

Bref, on n’est toujours en plein Japon entre passé et présent, un régal.

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Tsubaki ~ Aki Shimazaki

♦ Le poids des secrets, tome 1 ♦

TsubakiRésumé :

Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d’abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d’une vie familiale marquée par les mensonges d’un père qui l’ont poussée à commettre un meurtre.

Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n’échappe à son destin.

Mon avis :

Je me lance à la découverte de la littérature japonaise … et voici, un première série, façon « saga familiale » à la japonaise.

L’écriture est simple, agréable et on plonge directement dans le vif du sujet avec un secret de famille, on pourrait même parler d’un double secret familial lié à la grande Histoire : la grand-mère parle pour la première fois de la Seconde Guerre mondiale du côté japonais à son petit-fils et elle laissera une longue lettre pour raconter son enfance à sa fille. On voyage entre passé avec le récit de la mère et présent avec cette fille qui découvre une facette inattendue de sa maman et qui doit faire face à ce lourd secret de famille.

J’avoue qu’au début on n’est un peu perdu au milieu de tous ces personnages aux noms peu courant chez nous, mais peu à peu on resitue tout le monde.

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Previous Older Entries