Sur mes quatre jambes ~ Bernard Sachsé

sur-mes-quatre-jambesRésumé :

Bernard Sachsé a une passion: il aime les chevaux depuis qu’il est gamin. Il a la chance d’en faire son métier et devient cavalier cascadeur. Il enchaîne films et spectacles jusqu’à l’âge de 30 ans, jusqu’à ce qu’une cascade malheureuse le cloue dans un fauteuil roulant. Fini les chevaux et l’équitation ? Ce serait mal le connaître. Il décide – juste – de tout reprendre à zéro.

Mon avis :

On découvre le parcours assez atypique de ce cascadeur à la carrière brisée mais qui se relèvera. Un parcours du combattant qu’il relève comme un simple obstacle supplémentaire et qui, surtout, ne le fait pas abandonner les chevaux, parfois au détriment de ses proches qui s’inquiètent.

On aborde aussi pas mal le dressage, domaine qui ne m’est pas particulièrement hyper familier mais, globalement, son discours me parlais. A priori, un livre plutôt dédié aux connaisseurs, (même petite connaissance) mais je pense que ceux qui n’ont aucune affinité avec le sujet risquent d’être assez vite perdu, mais difficile dans mon cas de me rendre réellement compte.

À lire pour tous les amoureux des chevaux, il a également collaboré au film « Danse avec lui« .

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Publicités

Vous n’aurez pas ma haine ~ Antoine Leiris

vous-naurez-pas-ma-haineRésumé :

Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre dernier assassinée au Bataclan. Alors que le pays était endeuillé, à la recherche de mots pour dire l’horreur, il publiait sur les réseaux sociaux une lettre destinée aux terroristes intitulée Vous n’aurez pas ma haine. Dans celle-ci, il promettait à ces « âmes mortes » de ne pas leur accorder sa haine ni celle de leur fils de dix-sept mois, Melvil. Son message fait le tour du monde. Accablé par la perte, Antoine Leiris, journaliste de 34 ans, n’a qu’une arme : sa plume. L’horreur, le manque et le deuil ont bouleversé sa vie. Mais, à l’image de la lueur d’espoir et de douceur que fut sa lettre, il nous dit que malgré tout, la vie doit continuer. C’est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu’il nous offre dans ce témoignage poignant.

Mon avis :

Un poignant témoignage lu dans le cadre du challenge « Un mot, des titres », avec le mot « vous ».

Le sujet est tristement d’actualité et ce témoignage fait du bien à lire, on suit un père qui tente simplement de continuer la vie après cette tragédie, pour son fils, il va tenter de continuer « comme avant », pour son fils, ou presque grâce à son fils. En effet, on sent qu’il est en mode « automatique » et qu’il se laisse porter par la vie qui reprend quoiqu’il arrive.

L’écriture est simple, directe et parfois un peu brouillonne, l’auteur écrit à vif et ça s’en ressens mais le but n’est pas de faire un exercice de style.

Un récit très touchant et on ne peut s’empêcher de se mettre à sa place !

Un mot, des titres

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Dans la nuit de Daech ~ Sophie Kasiki

Dans la nuit de DaechRésumé :

Sophie Kasiki est éducatrice en banlieue parisienne quand trois garçons qu’elle connaît quittent la France pour faire le djihad en Syrie, laissant leurs familles dévastées. Très vite, ceux qu’elle appelle « les gamins » reprennent contact avec elle. Sophie espère les convaincre de rentrer, mais c’est l’inverse qui va se produire.

En plein questionnement personnel, cherchant à donner un sens à sa vie, Sophie se laisse envoûter malgré elle par leur discours politique. Et, après seulement quelques mois de conversations quotidiennes, elle prend l’incroyable décision de partir pour Rakka, capitale de l’Etat Islamique. Elle emmène avec elle son fils de quatre ans.

Là, Sophie, bénévole à la maternité, découvre la ville vitrine de l’El, cosmopolite – on vient de tous les pays pour servir le califat – et sous contrôle étroit des djihadistes. Elle ouvre progressivement les yeux : Daech est une armée d’occupation, les Syriens tremblent et les gamins qu’elle a connus sont désormais des moudjahidine fanatiques et dangereux qui vont les séquestrer, elle et son fils, dès qu’elle manifestera son opposition.
Dans un pays où les femmes n’ont même pas le droit de marcher dans la rue sans leur tuteur légal, Sophie, armée de l’amour inconditionnel de son mari resté en France, va affronter tous les dangers pour sauver son fils et le ramener à la maison…

Mon avis :

Un témoignage très intéressant qui se dévore en quelques heures à peine, grâce à la simplicité de l’écriture, franche et directe.

J’ai beaucoup aimé le fait qu’elle ne se cherche aucune excuse et ne tente pas de se justifier, elle raconte simplement les faits, sans vouloir être moralisatrice, elle veut simplement partager son histoire pour que cela puisse servir à d’autres. On ne parvient pas forcément à comprendre, mais elle ne cherche pas à expliquer vraiment ses gestes, qu’elle même ne s’explique pas.

J’ai trouvé également très intéressant d’avoir le point de vue en parallèle de son conjoint, qui le dit si bien lui même « a accompagné » sa descente aux enfers sans s’en apercevoir.

Un témoignage tristement d’actualité mais sincère et sans voyeurisme. À lire !

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Maligne ~ Noémie Caillault

MaligneRésumé :

Quand on a 27 ans et qu’on apprend qu’on a une boule de six centimètres dans le sein gauche, forcément, on a peur. Et puis on se bagarre. Et on pleure. Et on en rit. Maligne, c’est l’histoire de Noémie. C’est l’histoire de l’imprévu. C’est l’histoire d’un corps. C’est l’histoire d’une jeune femme bouleversante qui se bat contre le cancer avec la plus belle des armes : l’amour de la vie.

Mon avis :

Un petit livre très court mais au contenu très riche !

On suit le périple de cette jeune femme de 27 ans qui apprend qu’elle a un cancer du sein … Difficile de ne pas s’identifier à la demoiselle qui a le même âge que moi … Entre l’inquiétude dès la demande d’examens complémentaires des médecins, l’attente, l’angoisse et les attitudes très variées de l’entourage, elle nous livre un témoignage plein de vie, d’humour, bien loin du côté dramatique et aseptisé que l’on s’imagine forcément en pareille situation !

On a vraiment, en même pas une centaine de page, l’avant, pendant et surtout l’après. Elle admirable par son courage et sa volonté de vivre et de continuer « comme si de rien n’était » tout en acceptant finalement sa situation !

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

#EnjoyMarie ~ Marie Lopez

EnjoyMarieRésumé :

« J’ai eu une envie, l’envie de raconter une histoire, de partager quelque chose de différent avec vous. Moins de vidéos, plus de mots, moins d’EnjoyPhoenix@, plus de Marie. C’est le pourquoi de ce livre. Kaléidoscope d’instants, Polaroid d’images… Rassurez-vous, ce n’est pas une biographie… à 19 ans, vous rigolez. Simplement un regard, une réflexion spontanée sur des sujets un peu mis à l’écart dans les médias, de ces sujets peu accrocheurs : être bien dans sa peau avec… un appareil dentaire, des cheveux gras, de l’acné sévère, le harcèlement scolaire, la famille décomposée… et le reste, le Net, les réseaux sociaux, tout y est, le meilleur comme le pire. Au travers d’anecdotes, de confidences, d’un vécu de youtubeuse, ce livre est un petit GPS décalé pour les jeunes connectés, recueil sans prétention, afin de ne pas commettre les mêmes erreurs, les miennes bien sûr… Et peut-être de gagner du temps sur celui que l’on n’a pas. Avec recul et humour, témoignage de la réalité quelquefois complexe du jeune âge, car la vie d’ado est une énigme pour les adultes. »

Mon avis :

Impossible de passer à côté de ce livre buzz !

Je ne savais pas à quoi m’attendre, je ne connaissais pas cette youtubeuse avant qu’elle ne sorte son livre (oui, j’arrive pas à suivre une chaîne de vidéos …) Soit je me suis plongé dans ce livre à la couverture rose bonbon (ce n’est vraiment pas ce qui m’a attiré) mais j’ai été plutôt agréablement surprise. Elle y raconte en quelques chapitres sa vie à partir d’anecdotes et vécues et donne ainsi des conseils mine de rien aux plus jeunes.

C’est écrit en toute simplicité, sans prétention littéraire et ça marche plutôt bien : un « témoignage » façon youtube, on peut lire un chapitre au hasard, et malgré sa réussite, tout n’as pas toujours été parfaitement rose (sans mauvais jeu de mots) ce qui la rend attachante …

Des conseils pour les jeunes donnés par une jeune demoiselle (bon, elle s’adresse également aux garçons, mais pas sûr que vous arriverez à leur mettre entre les mains un livre à la couverture rose, mais certains chapitres, notamment sur le harcèlement à l’école, les réseaux sociaux, … s’adressent vraiment à toute la jeune génération !)

À lire, à feuilleter, à piocher par-ci par-là un chapitre ou deux, … sous la couette ou avec une tasse de thé, et c’est parfait pour tous !

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Dix-sept ans ~ Colombe Schneck

Dix-sept ansRésumé :

« On m’a élevée ainsi : les garçons et les filles sont à égalité. Je suis aussi libre que mon frère, ma mère est aussi libre que mon père. C’est faux. Je suis une fille, pas un garçon. J’ai 17 ans, mon corps me trahit, je vais avorter.

J’y pense toujours, je n’en parlerai jamais à personne. Parfois, je ne suis pas loin de dire le mot, de le partager avec une amie proche. Et puis non, je renonce. Pourquoi ce silence ? »

Mon avis :

Un magnifique témoignage sur l’avortement !

L’auteur parle de sa propre expérience, de son ressenti, sans dramatiser ni négliger cet acte, qui « n’est jamais anodin ». Elle exprime avec justesse ses sentiments, comment cela l’a fait grandir et surtout comment elle vit avec ce souvenir. Il y aura toujours un « avant » et un « après » et quelques soient les raisons qui conduit à l’avortement, on ne peut jamais juger, et ce n’est jamais un « acte de confort ». J’en était déjà convaincue mais Colombe Schneck trouve les mots juste sans s’apitoyer, ni renier pour autant.

Un bel « hommage plein de justesse »

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Tête de mule ~ Sophie Ducca

Tête de muleRésumé :

« Les humains, avec qui nous partageons notre existence, nous donnent, à nous chevaux et poneys, des noms qui frisent souvent le ridicule et soi-disant nous ressemblent : Grisette, Velours, Joly-Jumper, Hercule, Alezane, Bouboule, etc… Cette dénomination, parfois péjorative, est pratique pour eux qui manquent d’imagination. Vous comprendrez que j’ai pu de même baptiser les humains qui sont entrés dans mon histoire. Il n’y a pas de raison… » C’est en ces termes que Bouboule des Écrins entame son récit. Le narrateur, qui mâche davantage son foin que ses mots, épingle nos petits travers d’humains tout en tenant fidèlement son rôle de porteur de bagages. Des vallées de Savoie aux plaines de Champagne, du Mont Saint-Michel au Limousin, en poursuivant par les Cévennes et la Provence, nous partageons son chemin et ses réflexions avec un réel bonheur. Après un tel périple, penser « cheval » deviendra pour le lecteur une seconde nature Une belle invitation, en tout cas, à prendre la clé des champs.

Mon avis :

Un livre plus ou moins dans la ligné de « Chevaux d’aventure », avec comme particularité le point de vue du cheval.

Un petit récit qui se dévore rapidement, on se laisse transporter au rythme des pas de Bouboule, notre narrateur, qui parcourt la France en tant que cheval de bât. Le style est très agréable, Bouboule nous raconte simplement son périple, ouvrant parfois les yeux du lecteurs quant à son point de vue d’animal proie. On s’attache énormément à ses compagnons de route qu’il croise. Un livre à conseiller à tous les amoureux des chevaux, mais aussi à tous les amoureux de voyages et d’escapades originales.

À peine refermé, je n’ai qu’une seule envie : parcourir les routes avec mon partenaire équin.

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Previous Older Entries