La maladie de Sachs ~ Martin Winckler

Résumé :

« Pourquoi venez-vous me voir, ce soir ?

Parce que je ne sais plus quoi faire.

Parce que ça fait trop longtemps que ça dure.

Parce que ça ne peut plus durer.

Parce que je n’ai pas trop le choix, si ça ne dépendait que de moi, vous savez, les médecins, moi, moins j’en vois, mieux je me porte… »

Dans la salle d’attente du docteur Bruno Sachs, les patients souffrent en silence. Dans le cabinet du docteur Sachs, les plaintes se dévident, les douleurs se répandent. Sur des feuilles et des cahiers, Bruno Sachs déverse le trop-plaint de ceux qu’il soigne.

Mais qui soigne la maladie de Sachs ?

Mon avis :

Wouaw que d’émotions à travers cette brique qui se lit pourtant sans aucune difficulté. Toutefois je pense qu’une relecture permet d’apprécier d’autant plus ce petit bijou. En effet, on ne situe pas toujours les personnages au premier coup d’oeil malgré que leur nom soit mentionné en début de chapitre.

De même, on ne comprend pas toujours où l’auteur veut en venir ni où il veut nous mener mais pourtant c’est un vrai régal cette lecture. Le style est fluide et agréable, les personnages on ne peut plus attachants.

On est plongé dans cette intimité qu’il n’y a qu’entre médecin et patient, sans voyeurisme et avec un certain respect de chaque patient, on le ressent à travers les pages.

Merci à Aurore et son Challenge sans qui je n’aurai probablement jamais découvert cette lecture.

____ — ____ — °o° — ____ — ____
¯¯¯ — ¯¯¯ — °o° — ¯¯¯ — ¯¯¯

Toi, j’imagine que ça t’a fait un choc. Depuis sept ans, je viens te voir trois fois par an, auscultation, prise de sang, pesée, quelques mots sur la pluie et le beau temps, pour finir par l’ordonnance pour l’unique médicament que je prends… Un client sans histoire. Une fin sans histoire.

Extrait page 542

… Oui j’ai envie d’être pleine de vous et de vous voir tenir un petit bout d’homme ou un petit bout de femme dans vos bras. Comme vous, j’ai peur de les voir souffrir, et j’ai peur de mourir avant qu’ils soient autonomes, parce que je sais que la vie, c’est risqué ! Mais depuis que je vous ai rencontré, je sais où est ma place, où est mon désir. Je ne veux pas d’enfants d’un autre que vous, mais je n’aurai pas d’enfants envers et contre vous.

Extrait page 564

Aimer c’est être impuissant contre le temps, et en avoir conscience.

Aimer, c’est savoir que l’amour n’aura qu’un temps, tout le temps de la vie peut-être, mais seulement ce temps-là.

Aimer, c’est savoir que si l’on ne meurt pas le premier, on verra l’autre mourir.

Qu’on verra la vie et l’amour mourir chez l’autre, avant même que l’autre ne meure. Et qu’en voyant l’autre mourir, on mourra tout vif.

Extrait page 611

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Publicités

Le Comte de Monte-Cristo ~ Alexandre Dumas

Résumé :

La vengeance est un plat qui se mange froid, mais certains offensés l’assaisonnent avec raffinement tel qu’ils l’élèvent au rang d’une gastronomie. Edmond Dantès, le héros du Comte de Monte-Cristo, est de ceux-là. Jeune marin, âme candide et fils modèle, il semble promis au bonheur et à une brillante carrière dans la marine, quand soudain tout s’écroule.

Du jour au lendemain, il se voit précipiter dans un abîme de détresse et de ténèbres. Arrêté comme comploteur, il est enfermé au château d’If, la prison de Marseille, pour y croupir jusqu’à la fin de ses jours. Sa faute ? S’être attiré la jalousie de deux rivaux. Sa malchance? Avoir affaire à un magistrat arriviste et malhonnête.

Mais, au bout de quatorze ans, Dantès s’évade et reparaît, après complète métamorphose en richissime aristocrate, pour châtier les trois misérables responsables de ses malheurs.

Mon avis :

Un grand classique incontournable, mais j’avoue ne pas être fâchée de l’avoir enfin terminé ! Le récit est assez prenant malgré certains passages moins passionnants et un peu plus en longueur mais dans l’ensemble l’intrigue est plutôt bien ficelée. En même temps, l’intrigue n’est pas d’une grande surprise mais c’est bien tourné et on est malgré tout surpris de certains rebondissements.

Quant au style, un peu vieillot, au début, j’ai eu pas mal de difficulté à m’y faire mais après ça coule tout seul, on se prend au jeu de ce vieux français aux tournures parfois un peu alambiquées.

Niveau personnage, ils sont assez nombreux mais cela reste clair et on repère très rapidement les gentils des méchants ! On s’attache facilement aux uns et quant aux autres, ils n’ont que ce qu’ils méritent !

En bref, je ne regrette aucunement cette découverte mais je ne lirai pas un autre Dumas de ci-tôt, peut-être d’ici quelques temps mais si je n’ai rien d’autres qui me fait envie très probablement.

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Vipère au poing ~ Hervé Bazin

Résumé :

C’est le combat impitoyable livré par Jean Rezeau, dit Brasse-Bouillon et ses frères, à leur mère, femme odieuse, surnommée Folcoche.

 

Mon avis :

Que dire, que dire de ce petit livre qui reste un incontournable de la littérature. Habituellement, je ne suis pas une grande fanatique des livres au style plus anciens mais ici, je trouve que cela n’empêche pas au récit d’avoir du rythme.

J’ai été impressionnée par son indifférence dans sa façon de parler de sa mère et de ce qu’elle leur fait subir. On dirait qu’il s’agit « simplement » d’un combat, une sorte de duel entre les deux camps. Il est difficile pour moi d’imaginer une telle lutte où tous les coups sont permis entre une mère et ses fils, autant de ruses perfides. C’est à se demander pourquoi elle a eu des enfants.

Même si ce n’est pas la découverte du siècle, je ne regrette pas d’avoir ajouté cet ouvrage à ma culture littéraire.

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Charlie et la chocolaterie ~ Roald Dahl

Résumé :

Charlie est un petit garçon qui vit avec son papa et sa maman, mais aussi avec ses quatre grands-parents. Tout ce monde est entassé dans deux pièces seulement car la famille de Charlie est très pauvre. Lorsque son papa perd son travail, la situation devient dramatique, ils meurent presque de faim. Mais dans la ville où ils demeurent, il y a une mystérieuse chocolaterie : nul n’y entre ni n’en sort jamais. Son propriétaire, Mr Wonka, lance un grand concours : les cinq gagnants pourront visiter l’usine et gagner des sucreries pour toute leur vie.

 

Mon avis :

Je me suis plongé avec délice et gourmandise dans ce petit bijou de la littérature jeunesse. Merci au Challenge des Livres qu’il faut avoir lus dans sa vie !!! Je confirme :  il est à lire absolument !!!

Roald Dahl n’est plus à présenté je pense, avec son célèbre Matilda. Charlie et la chocolaterie … ah que dire, les mots me manquent. On voyage dans un merveilleux monde, plein de gourmandises qui nous font envie, on s’attache dès les premières pages à ce pauvre Charlie Bucket pour qui, heureusement, la chance tourne, ce qui n’est qu’un juste retour des choses. J’avais déjà vu le film, et je pense que Tim Burton a su parfaitement retranscrire la magie du livre.

Je n’ai qu’une chose à dire : dévorez le et faites le dévorer autour de vous !

 

 

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Le meilleur des mondes ~ Aldous Huxley

Résumé :

Défi, réquisitoire, utopie, ce livre mondialement célèbre, chef-d’œuvre de la littérature d’anticipation, a fait d’Aldous Huxley l’un des témoins les plus lucides de notre temps.
Aujourd’hui, devait écrire l’auteur près de vingt ans après la parution de son livre, il semble pratiquement possible que cette horreur s’abatte sur nous dans le délai d’un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d’ici là de nous faire sauter en miettes… Nous n’avons le choix qu’entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique.

 

Mon avis :

Un incontournable lu pour le Challenge Livres qu’il faut avoir lus dans sa vie.

J’ai eu quelques difficultés à entrer réellement dans l’histoire mais le style participe malgré tout à nous plonger dans un monde futuriste où tout le monde est conditionné pour rester à sa place et s’en contenter. Malgré ce style un peu lourd à certains moments, je trouve qu’il y a une réelle réflexion, qui arrive tard avec la conclusion finale mais qui est amené petit à petit ce qui permet au lecteur de réellement réfléchir aux pour et au contre de ce monde façonné de toute pièce. Il est vrai qu’au premier abord on se demande quels sont les aspects négatifs mais on s’en rend vit compte à travers le personnage du Sauvage.

Au final, j’en garde un avis positif pour le côté intellectuel et moral du livre, mais un avis partagé quant au style que j’ai trouvé lourd et alambiqué.

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Challenge Livres qu’il faut avoir lus dans sa vie

Voici petit challenge proposé par la  Bibliothèque d’Aurore.
Il s’agit de lire 12 livres prédéfinis à partir d’un almanach des livres qu’il faut avoir lus, soit d’en choisir un parmi la liste divisé en mois, avec comme échéance le 31 décembre 2011. Pour plus de détails rendez-vous sur le lien ci-dessus.

J’ai opté pour le deuxième choix, c’est-à-dire établir ma propre liste que voici :

 

Le comte de Monte-Christo, Alexandre Dumas
La maladie de Sachs, Martin Winckler
Les raisins de la colère, John Steinbeck
Vipère au poing, Hervé Bazin [x]
Le meilleur des mondes, Aldous Huxley [x]
Les piliers de la Terre, Ken Follet
Ravage, René Barjavel
Le zèbre, Alexandre Jardin
Les hauts de Hurlevent, Emily Brontë
Les oiseaux se cachent pour mourir, Colleen McCullough
Charlie et la chocolaterie, Roald Dahl [x]
Le livre de la jungle, Rudyard Kipling