Et je danse, aussi ~ Jean-Claude Mourlevat & Anne-Laure Bondoux

et-je-danse-aussiRésumé :

La vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins. Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait devenir son cauchemar… Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets… Ce livre va vous donner envie de chanter, d’écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d’écouter le Jeu des Mille Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse. Ce livre va vous donner envie d’aimer. Et de danser, aussi !

Mon avis :

Et véritable coup de coeur grâce au challenge « Un mot, des titres » !!!

Je connaissais de nom et de réputation les deux auteurs jeunesse… Mais attention, ici, on n’est pas réellement dans un roman pour la jeunesse, on parle de thèmes d’adultes, parfois délicats (pas que ça ne soit pas compréhensible pour les jeunes mais ils pourraient ne pas se sentir concernés).

J’ai été très agréablement surprise, j’aime bien le roman épistolaire même si parfois, cela rend la compréhension plus complexe. Ici, ce n’est absolument pas le cas, cela donne un récit très vivant qui nous fait passer du rire aux larmes, et il ne s’agit pas d’un simple échange de mails entre deux personnages, mais de plusieurs échanges croisés, donnant parfois des « dialogues » très cocasses.

Bref, une petite perle de bonne humeur, d’émotion et de tendresse. Il fait partie de ces bons livres dont on est pressé de tourner les pages et à la fois, on a envie de se retenir pour faire durer le plaisir… à savourer !

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Publicités

Nymphéas noirs ~ Michel Bussi

Résumé :

Tout n’est qu’illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au coeur de l’intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit tout et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps.

Mon avis :

Voici déjà une nouvelle session du challenge « Un mot, des titres » qui a tiré au sort le mot « noir ».

Une occasion pour moi d’approfondir la découverte du roman policier et de Michel Bussi.

L’intrigue n’est pas trop mal ficelée, même si je ne suis pas une grande spécialiste du genre, on saute d’un point de vue à un autre avant que les liens se tissent petit à petit entre eux. Le récit nous plonge dans le milieu de l’art, et plus précisément de la peinture et dans l’univers de Claude Monet, l’occasion d’en apprendre un peu plus également pour les novices en la matière.

Par contre, je ne peux m’empêcher d’être un peu déçue par la chute, sans trop savoir pourquoi, elle est assez inattendue (ce qui est plutôt positif pour un roman policier) mais il y a un côté un peu trop « happy end » pour le final, dommage …

Un avis assez mitigé même si l’écriture de Michel Bussi reste un agréable moment.

Un mot, des titres(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Vous n’aurez pas ma haine ~ Antoine Leiris

vous-naurez-pas-ma-haineRésumé :

Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre dernier assassinée au Bataclan. Alors que le pays était endeuillé, à la recherche de mots pour dire l’horreur, il publiait sur les réseaux sociaux une lettre destinée aux terroristes intitulée Vous n’aurez pas ma haine. Dans celle-ci, il promettait à ces « âmes mortes » de ne pas leur accorder sa haine ni celle de leur fils de dix-sept mois, Melvil. Son message fait le tour du monde. Accablé par la perte, Antoine Leiris, journaliste de 34 ans, n’a qu’une arme : sa plume. L’horreur, le manque et le deuil ont bouleversé sa vie. Mais, à l’image de la lueur d’espoir et de douceur que fut sa lettre, il nous dit que malgré tout, la vie doit continuer. C’est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu’il nous offre dans ce témoignage poignant.

Mon avis :

Un poignant témoignage lu dans le cadre du challenge « Un mot, des titres », avec le mot « vous ».

Le sujet est tristement d’actualité et ce témoignage fait du bien à lire, on suit un père qui tente simplement de continuer la vie après cette tragédie, pour son fils, il va tenter de continuer « comme avant », pour son fils, ou presque grâce à son fils. En effet, on sent qu’il est en mode « automatique » et qu’il se laisse porter par la vie qui reprend quoiqu’il arrive.

L’écriture est simple, directe et parfois un peu brouillonne, l’auteur écrit à vif et ça s’en ressens mais le but n’est pas de faire un exercice de style.

Un récit très touchant et on ne peut s’empêcher de se mettre à sa place !

Un mot, des titres

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Les quatre saisons de l’été ~ Grégoire Delacourt

Les quatre saisons de l'étéRésumé :

Lors de l’été 1999, au Touquet, quatre couples d’âges divers se croisent furtivement sur la plage, parmi les touristes. Adolescents, trentenaires, quinquagénaires ou septuagénaires, ces amoureux se renvoient différentes images du couple, s’influencent, s’envient, s’inspirent, etc.

Mon avis :

Une nouvelle session du challenge « Un mot, des titres » avec mon mot « été » qui été tiré au sort?

Je ne choisis pas forcément mes titres au mieux en ce moment pour ce challenge. Je tombe régulièrement sur des romans que je parviens à lire jusqu’au bout (ce qui n’est déjà pas si mal) mais qui malheureusement ne me transporte pas plus que ça … Et c’est un nouvel avis plutôt mitigé pour cette session encore une fois : je n’ai pas été transportée et j’avoue avoir même eu quelques difficultés à trouver et comprendre les liens qui existaient entre les différents personnages et les différentes histoires … même si à la fin certains points s’éclairent tout n’est pas devenu limpide … Dommage.

Toutefois, l’écriture n’était pas celle à laquelle je m’attendais mais ce n’est pas forcément négatif, sa plume est plutôt agréable.

J’espère avoir plus de chance avec le prochain mot « vous » et faire une vraie belle découverte ! Rendez-vous le 1er septembre pour en savoir plus.

Un mot, des titres

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

L’insomnie des étoiles ~ Marc Dugain

L'insomnie des étoilesRésumé :

Automne 1945, alors que les Alliés se sont entendus pour occuper Berlin et le reste de l’Allemagne, une compagnie de militaires français emmenée par le capitaine Louyre investit le sud du pays. En approchant de la ville où ils doivent prendre leurs quartiers, une ferme isolée attire leur attention. Les soldats y font une double découverte : une adolescente hirsute qui vit là seule, comme une sauvage, et le corps calciné d’un homme. Incapable de fournir une explication sur les raisons de son abandon et la présence de ce cadavre, la jeune fille est mise aux arrêts. Contre l’avis de sa hiérarchie, le capitaine Louyre va s’acharner à connaître la vérité sur cette affaire, mineure au regard des désastres de la guerre, car il pressent qu’elle lui révélera un secret autrement plus capital.se. »

Mon avis :

On en est déjà à la 40ème session du challenge, avec le mot « étoile » !

Ça faisait longtemps qu’un livre de ce challenge ne m’avait pas embarqué dans son récit. Ici le début est un peu mystérieux, l’ambiance « lourde » mais on sent l’intrigue dès les premières pages et surtout on ne devine pas la suite.

Peu à peu on va découvrir l’horreur qui s’est passé dans ce petit village. On est donc dans une sorte d’enquête policière sur fonds de Seconde Guerre mondiale … J’aime bien les livres traitant de cette période et cet aspect-ci n’avait pas encore été traité : dans l’après-guerre des officiers français étaient chargé de « rétablir » l’ordre dans certains villages allemands. Ici Louyre attend les ordres de ses supérieurs pour la suite mais en attendant ils veut résoudre cette énigme même s’il y a de nombreux autres morts …

J’ai bien aimé le style qui maintient le juste équilibre entre suspense et révélations. Une écriture très agréable.

Un mot, des titres

(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Une année avec mon père ~ Geneviève Brisac

Une année avec mon pèreRésumé :

Après un terrible accident de voiture, un homme rentre chez lui. Ayant échappé de peu à la mort (sa femme, elle, a disparu dans l’accident), il lui faut maintenant tout réapprendre. Sa fille, jour après jour, l’accompagne, et tente de tenir la main de cet homme intraitable. Inquiète ou joueuse, sa voix décrit les quatre saisons de ce retour à la vie. Elle raconte son histoire, celle d’un Français, juif laïque et républicain, né à la fin des années 20, amoureux des paysages de son enfance qu’il ne concevait pas de défendre autrement que les armes à la main. La guerre, la politique, le travail, les femmes, il a tout vécu sans jamais s’expliquer. Et il n’a pas l’intention de commencer. Lumineux, cocasse, bouleversant, ce livre est tout entier du côté de la vie. L’écriture engage avec la mort une course de vitesse, et rien ne dit qu’elle n’en sortira pas gagnante. Chacune – et chacun – y reconnaîtra l’essence même de ces liens si précieux qui se tissent entre les pères et les filles.

Mon avis :

Une nouvelle session de notre challenge « Un mot, des titres » avec le mot « père » cette fois-ci, c’est de saison !

Et bien, ces derniers temps, je ne tombe pas sur de réel coup de cœur … plutôt des livres que je peine à terminer malheureusement ou encore qui ne me laisse pas de souvenirs mémorables …

Celui-ci est dans la même veine, pas très réjouissant en prime : suite à un accident de voiture, la narratrice raconte le chemin que son père doit parcourir pour retrouver son autonomie, entre les non-dits familiaux, la perte douloureuse de la maman dans l’accident et la difficulté d’admettre la réalité face à des capacités diminuées … Bref, à ne pas lire si vous souhaitez quelque chose de léger pour vous évader. J’ai eu quelques difficultés avec l’écriture assez « abstraite », « hachée » … j’ai d’ailleurs du mal à la définir mais je ne l’ai pas trouvée assez fluide à mon goût.

Il faut laisser au récit, qu’il s’agit d’un témoignage assez touchant et qu’on ne peut s’imaginer ce que traverse une famille en pareilles circonstances, entre le maladresses des proches, les médecins ignobles qui n’ont aucune considération pour leur patient …

Je ne connaissais (même si je ne l’ai pas lue) cette auteur pour ses romans jeunesse, j’ai découvert ici une autre facette, sans aucun doute plus personnelle.

Un mot, des titres(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Les saisons de la nuit ~ Colum McCann

Les saisons de la nuitRésumé :

« Ce roman parle de New-York, d’amour, de mariages mixtes, de terrassiers qui creusent des tunnels, de bâtisseurs de gratte-ciel qui dansent sur des poutrelles à des centaines de mètres au-dessus de la ville. C’est peut-être le premier vrai roman consacré aux sans-abri, à ceux qui vivent au-dessous et à l’écart de la cité prospère. On sent que Colum Mc Cann a fréquenté ces lieux-là: dans une langue qui procure un plaisir presque physique, il évoque avec une rare puissance ce présent qui empeste et ce passé qui oppresse. »

Mon avis :

Voici déjà la 38ème session du challenge, avec le mot « nuit » !

Et encore une découverte avec ce titre de Colum McCann, une découverte qui m’a un peu moins enthousiasmée pour une fois. Le récit se laisse lire sans trop de difficulté, entre histoire passée et présente. On sent qu’elles vont finir par s’entremêler mais sans deviner à quel moment, ni de quelle façon, et ça c’est plutôt plaisant !

Petit bémol, l’histoire est très sombre et les personnages on ne peut plus intrigants, unique, farfelus … Bref, cela colle bien avec l’ambiance générale dégagée par ce roman, mais y avait un je ne sais quoi qui m’a mis emal à l’aise, sans compter de nombreux sous-entendus et de non-dits (et dieu sait que je n’aime pas les choses ambiguës et pas claires !).

J’adore toujours ce challenge qui me pousse vers de nouveaux horizons littéraires, mais certaines découvertes sont plus satisfaisantes que d’autres 🙂

Un mot, des titres(¯`°v°´¯)
(_.^._)

Previous Older Entries